bannerfacebook

Partie I

Pendant des années, je souffrais de plusieurs problèmes, sous lesquels, ce que j’ignorais, se cachait un plus gros problème –, – je ne m’acceptais pas. A chaque problème, je ne me ratais pas soit parce que j’avais ce problème, soit de ce que je faisais ou ne faisais pas, pour le résoudre ou encore je m’en voulais de mon incapacité à l’évaluer. Je n’ai jamais réalisé à quel point mon manque d’acceptation de moi envahissait tout, ni des effets insidieux que cela avait sur mon énergie, mes performances et ma joie de vivre… . Et ce, jusqu’à aujourd’hui, depuis que je suis libéré d’une grosse partie de ce poids et de cette pression sur moi.

J’ai remarqué que nombre de mes clients avaient une foule de problèmes avec l’acceptation de soi. Cela a été mis au jour lorsque je leur demandais de faire la formulation « Même si j’ai ce problème, je m’accepte totalement ». Bon nombre s’exaspéraient et refusaient de dire la partie relative à l’acceptation. Comment pouvaient-ils dire cela alors qu’il était évident qu’ils ne s’acceptaient pas ?

J’ai été confronté à cela maintes fois, dans le passé, et j’utilisais, habituellement, une approche selon laquelle je demandais au client d’accentuer la partie négative de ses croyances sur lui-même et de joindre, impérativement, une formulation d’acceptation. Par exemple « Même si je ne m’accepte pas (à cause de ce problème), je m’accepte totalement et profondément ! » « Même si je suis une personne insupportable (et ce problème le prouve), je m’accepte totalement et profondément ». Nombre de clients y arrivent et résolvent, avec succès, le problème. Il y a quelque chose de très puissant dans le fait de reconnaître les parties négatives de soi et de les mettre au jour et le Dr. David Lake et moi-même avons exploré cela en profondeur pendant nos séances et lors de nos thérapies. En fait, nous avons découvert la valeur importante d’exagérer encore plus les aspects négatifs – c’est l’approche appelée Thérapie Energétique de la Provocation (je vous en dis plus, dans de futurs articles).

Pour ces clients, j’ai réalisé que le problème sous-jacent de non-acceptation de soi était LE problème, alors qu’ils parlaient d’un problème qui n’était autre que l’intermédiaire au travers duquel la non-acceptation de soi s’exprimait. Lors des thérapies, je demandais aux clients la liste de tout ce qu’ils n’aimaient pas chez eux et d’y appliquer l’EFT, en commençant avec les défauts les plus terribles. Je leur demandais également de passer en revue une partie de leur passé où ils avaient appris qu’ils n’étaient pas acceptables et d’appliquer l’EFT sur ces expériences émotionnelles négatives.

À cette époque, je traversais moi-même une période où je ne m’acceptais pas réellement.
En fait je sentais que je stagnais. Je voulais avancer dans mon travail et ma vie, mais il me semblait que je ne faisais que de maigres progrès. Au lieu de faire des choses que je savais que j’en avais besoin – et même que je voulais faire – je perdais des heures à jouer à des jeux sur Internet. Résultat, tensions dans le cou et dans l’épaule qui étaient suivies de maux de tête, ce qui affectait mes performances et la qualité de ma vie. Je stagnais aussi dans mon programme d’exercices. Mon travail n’avançait pas de la manière dont il pouvait avancer, je me sentais un mauvais père pour mes enfants, incapable de leur donner l’attention qu’ils méritaient et j’avais une très mauvaise opinion de moi-même.

Aussi ironique que cela puisse paraître, bien que ma vie se déroulât assez bien, je me sentais misérable.

Une nuit, je me suis retrouvé en face de l’ordinateur, complètement frustré. J’avais joué à trop de jeux d’échec et je réalisai que j’aurais dû avoir fait quelque chose de mieux et je m’en voulais. Dans l’état frustré où j’étais, j’ai commencé à dactylographier et tout en tapant sur mon clavier, j’ai décidé que j’avais besoin de m’occuper de mes propres problèmes de non-acceptation de moi, et cela, tout de suite.

Ma première décision fut de tapoter l’EFT sur tout ce que je n’acceptais pas en moi. J’ai commencé à en faire une liste et appliqué l’EFT, exactement comme je le conseillais à mes clients.

Ensuite, je décidai ce qui suit…..

« Pendant les 30 prochains jours, je vais m’exercer à être heureux avec moi-même, exactement comme je suis, malgré mes limitations, et je verrai ce qui se passe… Chaque fois que je me surprendrai à faire quelque chose que je ne « devrais pas faire », je dirai « Je m’accepte même si je fais X » et je traiterai en EFT le fait de « faire X », y compris les pensées s’y rapportant, telles que « En faisant X, je suis inadéquat, mauvais, horrible, etc.»

Exemples :

« Même si je joue aux échecs sur l’ordinateur, cette nuit, que j’ai mal au cou, à la mâchoire, aux épaules, et au dos, encore une nuit de plus, je m’accepte totalement et profondément. »

« Même si je suis un mauvais garçon à jouer aux échecs alors que je devrais travailler, je m’accepte totalement et profondément. »

« Même si je ne vais jamais réussir si je continue de me piéger de la sorte, je m’accepte totalement et profondément. »

Tout en suivant le fil de mes pensées, au fur et à mesure que des croyances irrationnelles et défaitistes, sur moi-même, montaient à la surface, je les tapotais.

Exemples :

« Même si je ne vais probablement pas tenir ce rythme (30 jours), je m’accepte totalement et profondément. »

« Même si je vais encore avoir une année médiocre et ne pas atteindre le succès réel et durable, l’abondance, le bonheur et la joie, je m’accepte totalement et profondément. »

« Même si je vais finir par perdre ma famille, si j’ai trop de succès, je m’accepte totalement et profondément. »

Tout en tapotant en EFT sur ces pensées irrationnelles, je remarquai que mes pensées devenaient de plus en plus rationnelles – Ce n’était pas un processus de négation des problèmes mais plutôt un feu vert pour leur faire face et les résoudre.

Je continuai à traiter les autres croyances négatives et limitatives qui m’avaient bloqué le succès, y compris des croyances à propos de mon assurance (« Même si je n’ai pas assez d’assurance »), de ma spiritualité (« Si j’obtiens réellement du succès, je vais perdre mon âme »), l’argent et ma valeur personnelle (« mes honoraires sont le reflet de ma valeur personnelle » ; « je ne peux pas faire payer plus puisque je ne le mérite pas»)…..

Je réalisai que ces croyances n’étaient pas vraies mais que le problème résidait dans l’intensité émotionnelle qu’elles provoquaient en moi. Pour certaines croyances, qui étaient encore enregistrées en moi comme vraies, même après les tapotements, ce qui se passa, c’est que je ne me jugeais plus négativement à cause d’elles. Au lieu de cela, j’avais compris comment j’en étais arrivé là et j’avais un sentiment croissant que cela pouvait changer et serait changé. Je n’ai pas dit que j’étais devenu déterminé par une puissante volonté, c’était plus une conscience que c’était OK ce qui s’était passé, c’est OK la manière dont cela se passe ET ce sera OK pour moi de changer tout cela.

Ce fut la même chose pour quelques autres pensées émotionnellement lourdes qui me dérangeaient depuis plusieurs mois.

En outre, je fis une autre expérience intéressante. Lorsque je tapotais le fait que je postposais ce que je devais faire ou que je faisais autre chose que ce que je devais faire, j’étais plus en mesure de faire ces choses, que justement je postposais. Hmmmm, la solution à la procrastination, pourrait être – l’acceptation de soi !

Malgré mes premiers succès, il me restait une sensation d’inadéquation que je n’arrivais pas, apparemment, à dégager. J’opérai alors un changement dans mon approche, ce qui me permit de faire une grande découverte que je détaille ci-après.

Partie II

Je m’étais dit que j’allais tapoter, pendant 30 jours, « l’acceptation de moi,, malgré mes limitations » et j’obtins quelques résultats. Cependant, au 5ème jour, je fis une découverte….

J’étais assis, face à mon ordinateur et je révisais mes notes. Je réalisai que, malgré des résultats, je me sentais mal à propos de moi et il me semblait que je n’avançais pas assez loin, en tapotant, au fur et à mesure qu’ils se présentaient, les problèmes et les pensées connexes. J’avais besoin de traiter cette question de l’acceptation de soi, de manière plus directe.

Je dactylographiai alors : JE M’AIME ET JE M’ACCEPTE TOTALEMENT ET PROFONDEMENT

En analysant mes associations de pensées à propos de cette idée de m’accepter, je réalisai que la vérité était que je ne m’acceptais pas du tout. Je décidai que c’était là le problème qui devait être traité de front et non pas toutes les choses que j’avais amassé, comme étant les raisons de la non-acceptation de moi-même.

En commençant à tapoter, je réalisai que sous la non-acceptation de moi-même, il y avait une peur que m’accepter était mauvais et ne ferait que me faire descendre sur le chemin de l’ego. Je croyais aussi que si je m’acceptais pour toutes les choses erronées que je faisais, je ne les règlerais pas. Tout au plus je continuerais de pratiquer la procrastination et de faire des choses qui n’étaient pas réellement bonnes pour moi. À un niveau plus profond, je croyais aussi que j’étais inacceptable pour Dieu.

Donc je tapotai ces croyances dans la forme positive et négative. J’appliquai l’EFT à chaque croyance négative, dans une phrase de formulation, en la répétant à chaque point de tapotement tout en faisant attention à toutes les pensées et émotions que je découvrais, y compris toutes les croyances négatives qui étaient connectées à ces dernières.

Par exemple :
« Même si, je ne vais pas continuer de m’améliorer si je m’accepte totalement, je m’accepte profondément »
« Même SI je m’accepte totalement et profondément, je reste quand même une bonne personne »

En pensée sous-jacente, je croyais que je ne serais pas une bonne personne, si je m’acceptais car cela venait de croyances spirituelles profondes de ma programmation (négative) religieuse. Dès lors, je tapotai :

« MEME SI je m’accepte totalement et profondément, je suis toujours acceptable pour Dieu. »

Cela engendra une réaction très négative. Je pensais « Non, je ne suis pas totalement et profondément acceptable pour Dieu ! Dieu veut que je sois mieux et que je fasse mieux…. »

Alors je tapotai : « Même si Dieu ne peut certainement pas m’accepter tel que je suis, je m’accepte totalement et profondément. » Et « Même si je suis totalement inacceptable pour Dieu, je m’accepte totalement et profondément. »

Alors je commençai à penser : « cette non-acceptation de soi, c’est ridicule ! Jésus a pardonné les péchés des êtres humains et moi je pense que Dieu ne m’accepte pas ? Est-ce que l’acceptation et le pardon ne sont pas comme les deux côtés d’une pièce de monnaie ? »

Je continuai d’explorer mes peurs sous-jacentes. Il me semblait que trop d’acceptation de moi me conduirait à être dominé par l’ego et me rendrait supérieur, comme un dieu.

J’appliquai une phrase de formulation EFT à cela, en la répétant à chaque point de tapotement, comme je l’ai expliqué ci-dessus (« Même si je m’accepte totalement, je vais être inacceptable pour Dieu … »ET « Même si je m’accepte totalement, je me rends supérieur... »)

Alors je pensai : « Ridicule ! Je ne deviens pas Dieu en m’acceptant. Je fête simplement CE qu’Il a créé. Ne devrais-je pas aimer mon prochain, comme moi-même ? Comment puis-je aimer mon prochain comme moi-même si je ne m’aime pas ? »

Finalement, après d’autres tours d’EFT, je réalisai que « m’accepter ne veut PAS dire que je suis dominé par mon ego. Dieu m’aime et m’accepte inconditionnellement, c’est juste moi qui ne m’accepte pas. M’accepter EST une bonne chose ».

Alors une foule de pensées et d’émotions positives m’ont envahi. C’était comme si ce que je voulais croire vrai et savais vrai, je le sentais enfin. Je me sentis reconnecté avec mon but véritable et toutes les barrières s’évanouirent.

Commentaire de Gary : Notez comme les tapotements de Steve ont abouti sur de nouvelles perspectives – de nouveaux schémas – de nouveaux changements dans les croyances. Cette transformation arrive fréquemment avec l’EFT en faisant tomber les barrières mentales pour accéder à la vérité.

Steve continue : pendant que ces pensées positives m’envahissaient, elles s’accompagnaient d’une sensation de paix, assez difficile à décrire, qui me baigna dans sa lumière, pendant plusieurs jours.

Pour la première fois, je réalisai le véritable pouvoir de l’acceptation de soi et je constatai la stupidité de la croyance selon laquelle, pour être heureux, nous devons nous auto critiquer afin que nous fassions les choses qu’il faut faire. Je réalisai que je pouvais être heureux, peu importe ce que j’avais fait, et peu importe ce qui se passait autour de moi – et que cela, non seulement, ne m’empêchait pas d’avancer mais m’aidait à avancer. Je réalisai également qu’être, heureux avec moi-même, me permettait de faire tellement plus pour les autres….

A partir de ce moment-là, je fus capable, sans effort, de continuer mon travail, y compris des projets dans lesquels j’étais embourbé depuis des mois. Je ne sentais même plus l’envie de faire des choses pour me distraire, dont jouer sur mon ordinateur. Je fus capable de me remettre à mon programme de 30 jours et d’en obtenir des résultats. Je recommençai à aimer mon travail et à le faire « dans un but précis »… En bref, ma vie changea ainsi que celle des personnes à qui je partageai mes découvertes.

Maintenant, dès qu’une difficulté surgit, parallèlement à la résolution du problème lui-même, je traite cette question de l’acceptation de soi. Je vous encourage à faire de même.
J’ai découvert que chaque fois que je suis confronté à un problème, je suis maintenant capable de le voir séparé de moi. Lorsque ce que je suis en train de faire constitue un problème, je ne me tombe plus dessus, mais je me concentre sur la meilleure manière d’avancer.

Je pense que le problème de l’acceptation de soi, que nous affrontons, en face à face, à chaque phrase de formulation EFT, nous offre une porte ouverte sur un nouveau niveau d’être, de croissance personnelle et de bonheur, dans ce monde.

Voyons jusqu’où vos tapotements sur l’acceptation de soi peuvent vous mener.

Voici deux premières étapes que je vous recommande :

1. Identifiez tout problème et appliquez l’EFT sur l’acceptation de vous-même, malgré le problème (et même si vous continuez d’avoir ce problème). Répétez la même formulation d’acceptation de soi sur chacun des points de tapotements : par exemple : « Même si j’ai ce problème, je m’accepte totalement et profondément ». Méditez sur l’idée de l’acceptation de vous-même – aussi inacceptable que cela vous paraîtra - tout en tapotant sur chaque point.

2. Mettez votre attention sur la non-acceptation – et faites l’EFT sur tous les éléments pour lesquels vous ne vous acceptez pas…

Ensuite, focalisez-vous sur deux idées différentes :

La première: Vous vous acceptez malgré le fait que vous faites, pensez, etc. cette chose ;

La deuxième : Même si vous ne vous acceptez pas du fait que vous faites, pensez, etc., vous allez vous accepter, de toute façon, même si ce que vous faites, pensez, etc. est inacceptable.

Ceci vous conduira à une autre blessure, celle de vous auto critiquer parce que vous vous auto critiquez…
Lorsque vous aurez traité l’obséance contre vous-même parce que vous avez ce problème, alors vous êtes libéré pour traiter le problème en question.

Bien souvent, l’émotion générée par le problème, est le problème principal. Une fois que l’émotion sera traitée, il arrive souvent qu’il ne reste aucune trace du problème en question.

Partie III

Suite à ma découverte sur l’acceptation de soi, je m’intéressai à explorer s’il y avait encore des découvertes et des libérations à atteindre.

Je lus un courriel de Patricia Carrington sur l’acceptation de soi sans jugement qui détaillait ses découvertes en ajoutant, à la formulation EFT d’acceptation, « sans jugement ». J’appliquai et je découvris que c’était très utile et que cela ajoutait une autre dimension à mon travail et je vous recommande d’ajouter « sans jugement » à la formulation.

Chaque jour, je recevais des citations, d’origines diverses, dans ma boîte de réception de courriels dont ce proverbe chinois :

« Agissez avec les défauts des autres aussi doucement qu’avec les vôtres »

Quand je l’ai lu, je me suis dit « wouaw, je n’agis pas gentiment du tout avec mes défauts ». Dès lors, je tapotai :

« Même si je suis rude avec moi-même…. »
« Même si je ne m’autorise pas à avoir des défauts ou à faire des erreurs…….. »

Je suivis le déroulement de mes pensées, avec les associations qui surgissaient, telles que « faire des erreurs est important pour que j’apprenne le bon chemin – parce que j’ai été tellement obsédé de commettre des erreurs et je me critiquais tellement que j’ai été moins préparé à prendre les risques nécessaires pour accomplir de grandes choses.. »

Je réalisai que j’avais trouvé un autre moyen de me critiquer, alors je tapotai ce qui suit :

« Je m’accepte même si je n’ai pas été préparé à prendre des risques parce que j’avais peur de commettre des erreurs.. »
« Je m’accepte même si je n’ai pas accompli beaucoup parce que, encore une fois, j’avais peur de commettre des erreurs.. »

Soudain, je me retrouvai dans une classe où j’avais 6 ans et où le leitmotiv était « si vous êtes en train de faire quelque chose, faites-le convenablement. ». Une directive que le professeur nous répétait sans cesse.

Commentaire de Gary : Nous avons tous des tonnes « d’écritures sur nos murs -croyances » qui étaient des « vérités », comme l’était ce qu’affirmait le professeur de Steve Wells. Elles tendent à nous guider (voire nous limiter) à travers notre vie, jusqu’au jour où nous nous questionnons sur elles. L’EFT, comme vous pouvez le constater, élève souvent la qualité de nos pensées jusqu’à ce que l’absurdité de ces « vérités » devienne évidente.

Steve : Je fis immédiatement un tour de tapotement sur ce leitmotiv : « Même si on est en train de faire quelque chose, on devrait le faire convenablement, je m’accepte totalement et profondément »

Cela fit remonter des souvenirs sur l’exaspération du professeur sur nous, les élèves, quand nous ne réussissions pas ce que nous étions en train de faire. Cela me fit faire la part des choses sur les affirmations qui me servaient et celles qui me desservaient.

Un autre souvenir surgit, alors, à propos d’un incident critique, dans la classe, où j’avais reçu un 49,5 sur 50, pour un test de fin de semaine. Je reçus des critiques de la part du professeur et de mes parents pour le fait que je n’avais pas répondu à leurs attentes et que j’avais commis « une stupide erreur. ».

En revoyant cet incident, je tapotai les parties qui contenaient une intensité négative et je tapotai également ce qui suit :

« Même si j’ai commis une stupide erreur… »
« Même si leurs critiques m’ont blessé... »
« Même si je dois faire les choses convenablement… Sinon… »

Après quoi, je fus capable de retourner à mon travail de manière très productive. Comme j’étais libéré de la peur de commettre des erreurs, je ne me critiquais plus aussi fort et je réalisai que je pouvais accomplir beaucoup plus, dans mon travail, du fait que je n’étais plus aussi effrayé de commettre des erreurs.

Exercice pour l’acceptation de soi

Pour aller plus loin, dans l’acceptation de soi, concentrez-vous sur des expériences de l’enfance où vous avez appris que vous n’étiez pas ou que vous n’êtes pas acceptables et appliquez-y l’EFT. Utilisez la technique de Gary « La technique du film » où vous jouez une minute de film, et, image par image, en arrêtant pour vous tapoter dès le moment où il y a une intensité émotionnelle. Cela jusqu’au moment où vous pouvez revoir tout le film, sans expérimenter la même intensité émotionnelle.

Pendant que vous voyez vos souvenirs, essayez d’identifier les croyances que vous avez apprises ou les généralisations que vous en avez tirées et qui vous limitent maintenant. Tapotez sur cela. Incorporez chaque croyance négative dans les formulations EFT et répétez la totalité de la croyance négative sur chaque point de tapotement. Continuez de tapoter jusqu’à ce que la formulation négative devienne moins « la vérité ». Suivez le fil des incidents et les pensées qui s’y rapportent, en appliquant les tapotements à chacun des incidents, chacun à leur tour. Terminez toujours par un tour ou deux de tapotements où vous répétez la phrase d’acceptation de soi (je m’accepte totalement et profondément) et cela à chaque point de tapotement.

Partie IV

Notes pour l’acceptation de soi en séance thérapeutique

Lorsque les clients ont des difficultés avec la partie de l’acceptation de soi, dans la formulation EFT, j’y vois le signal qu’il faut traiter l’acceptation de soi pour ces derniers. Plutôt que d’essayer de contourner l’incapacité des clients de formuler l’acceptation de soi et de trouver un moyen de traiter le « problème ». Je pense que cela vaut la peine de focaliser sur la non-acceptation de soi, comme étant le problème à traiter en priorité.

Bien souvent, lorsque les gens sont libérés d’un problème, disons d’une phobie, ils ont un regain d’énergie et d’acceptation de soi. Cependant, le manque d’acceptation de soi semble être tellement envahissant qu’habituellement les clients centrent leurs soucis sur un autre problème. Ils ont maintenant une autre raison de ne pas s’accepter. Le défi, ce n’est pas le fait que nous passons constamment d’un problème à un autre mais bien le fait que ce qui est sous-jacent à tous ces problèmes c’est le manque d’acceptation de soi - et cela c’est Le problème constant. Je pense qu’on doit fixer ce dernier, directement. Dans mon cas, cela a été un pas très fructueux sur ma découverte et ma croissance personnelles.

Sources d’une faible acceptation de soi

Les clients ne s’acceptent pas tels qu’ils sont, pour de nombreuses raisons. Une des raisons est le fait qu’ils (et nous) ont des parties conflictuelles qui se bousculent pour prendre position. La motivation humaine est multiple, dit Frank Farrelly, le créateur de la Thérapie Provocative, et je pense qu’il a raison. Winston Churchill appelait cela « La Guerre Civile Intérieure ».

Lorsque je questionne les clients sur les raisons pour lesquelles ils ne s’acceptent pas, voici ce qui vient de manière typique :

- J’ai ce vilain problème
- Je ne fais pas les choses que je devrais faire
- Je fais des choses que je ne devrais pas/ j’ai commis des choses mauvaises, dans le passé
- Je pense des choses qui sont mauvaises et malveillantes
- Je n’ai pas atteint le niveau de succès que je devrais
- Ma performance dans des tests-tâches est / était plus basse que le niveau standard
- Je ne sais pas ce que je veux, ou je ne connais pas le meilleur moyen de procéder….

Racines émotionnelles :

Habituellement, la non-acceptation de soi a des racines dans des expériences de l’enfance où mère/père/professeur/un certain adulte/un pair significatif/un mentor, ne nous acceptait pas. La généralisation devient alors « Puisqu’ils ne m’acceptaient pas, je ne peux pas être acceptable ». Ceci est un thème fort commun. Invariablement, il y a des incidents clés où la vision négative de soi a été « apprise ».

Puisque l’évaluation négative de soi prend fréquemment ses racines dans des expériences passées où un adulte significatif (ou trois) a rejeté les clients ou ne les a pas accepté dans leurs désirs d’être acceptés, ceci provoque une forte justification à continuer l’évaluation négative de soi. En d’autres termes, cela crée les pieds qui tiennent la table de croyances sur laquelle repose leur insatisfaction d’eux-mêmes. Si nous détachons les pieds, la table de croyances n’est plus soutenue et, dès lors, la croyance n’est plus tenue fortement. Dès lors, traiter les expériences passées qui ont provoqué la croyance clé, est un moyen très puissant pour affecter cette évaluation négative. C’est aussi important de traiter la position de cet adulte (père, pair, mentor, etc.) en question, à qui, l’enfant a donné un statut divin, comme si cet adulte était Dieu.

Les expériences passées peuvent être identifiées et traitées comme des mini-traumatismes en utilisant la technique de Gary la technique du film. Traitez-les jusqu’à ce que le client puisse relater les évènements sans plus expérimenter la moindre intensité émotionnelle. Par ailleurs, traitez également les associations de pensées, connectées aux expériences, en les faisant formuler par le client, à chaque point de tapotement (par ex : « Même si je ne suis pas assez bon… »). Faites en sorte que le client formule lui-même les phrases et sentez si c’est la vérité, puis appliquez l’EFT et contrôlez la nouvelle évaluation. Mais aussi, contrôlez l’intensité émotionnelle que la formulation provoque chez le client et faites l’évaluation après le traitement. Normalement, celle-ci devrait être réduite.

Défis courants

L’estimation négative de soi peut être conservée dans un but d’autoprotection. La peur doit être traitée, dans le sens où, si cela n’est pas fait, la personne sera en contant défi avec le déroulement de la vie. Beaucoup de gens croient, tout comme je le croyais, que s’ils s’acceptent eux-mêmes, tels qu’ils sont, ils vont abandonner leur quête de perfectionnement. Ils considèrent la dépréciation de soi comme étant utile et l’acceptation de soi, comme non désirable. Un moyen pour résoudre cela, c’est de tapoter les deux, en continu (L’acceptation de soi est mauvaise, contre, l’acceptation de soi est bonne ; Je ne réussis pas, contre, je réussis avec bonheur ; etc.).

J’espère que ces notes sont utiles pour ceux qui travaillent dans ce domaine. J’aimerais entendre vos commentaires à propos de vos expériences en EFT, sur l’acceptation de soi, que ce soit pour vous ou pour vos clients.

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Commentaires  

 
0 #1 Une pepite aKandi 15-09-2017 07:59
Tout est bien résumé dans cet article, bravo l'équipe

My blog - serrurerie
Paris: http://social.org.in/story.php?title=%EF%BB%BFChangement-de-serrure
Citer
 

atelierbep

Découvrez les petites perles EFT qui vous changeront peut-être la vie...

  Best Seller *** Programme BIEN-ÊTRE

capture bep

> Prise en main de l'outil EFT
90 jours de travail intensif sur vous-même avec l'EFT
> De nombreux cadeaux bonus

Offrez-vous un outil magique pour votre développement personnel

---> DECOUVRIR CE PROGRAMME

 

Encore disponible *** PROSPERITE & REUSSITE

produitprosper

 

> Prise en main de l'outil EFT
90 vidéos EFT ciselées pour votre prospérité.
> 3 séminaires allant crescendo pour faire la paix avec l'argent, créez plus d'abondance et de succès et boostez votre énergie financière.

Partez à la rencontre de votre abondance, de votre réussite et de votre véritable capacité de prospérité.

---> DECOUVRIR CE PROGRAMME